Auteur : Doris Sunarjo, 2012, allemand ; adapté en 2020 par Françoise Carenas et Sissy Anthouard

Le système éducatif suisse

En Suisse, chaque canton a son propre système d’éducation. Il est donc difficile de donner des informations détaillées valables partout. Les sites suivants fournissent un très bon survol du système éducatif suisse :

Le niveau d’éducation en Suisse est relativement élevé. L’enquête 2018 de l’OCDE/PISA concernant le niveau d’éducation des enfants de 15 ans et publiée le 3 décembre 2019, place la Suisse au 11e rang mondial pour les mathématiques, au 22e pour les sciences et au 28e pour la lecture.

Un survol rapide du système éducatif suisse

Le système éducatif suisse comprend les quatre niveaux suivants :

  • Le niveau primaire – école enfantine et cycle élémentaire ;
  • Le niveau secondaire I ;
  • Le niveau secondaire II –

Écoles de maturité gymnasiale, écoles de culture générale et écoles de formation professionnelle initiale ;

  • Le niveau tertiaire – Écoles professionnelles supérieures et universités.

L’année scolaire en Suisse

En Suisse, l’année scolaire débute entre la mi-août et la mi-septembre. Elle comporte deux semestres et environ 12 semaines de vacances par an. Les dates exactes sont fixées par chaque canton et peuvent varier ; vous trouverez les renseignements sur les services d’éducation de votre canton sur le site edk.ch/dyn/11709.php (voir l’onglet: Système éducatif suisse)

L’éducation publique est gratuite, mais on peut vous demander de payer les fournitures scolaires, les livres et les frais de voyages scolaires.

L’école enfantine

Deux années d’école enfantine, à partir de 4 ans, sont obligatoires selon l’accord intercantonal sur l’harmonisation de la scolarité obligatoire : le concordat HarmoS. En Suisse romande, les deux années d’école enfantine font en règle générale partie du cycle 1 ou du cycle primaire 1, qui dure quatre ans.

(systemeeducatif.educa.ch/fr/harmos)

La scolarité obligatoire

L’école proprement dite commence à l’âge de 6 ans. La scolarité obligatoire dure onze ans (y compris 2 ans en école enfantine). Les écoles primaires comprennent les classes 1 à 6. Puis suit le niveau secondaire I (classes 7 à 9) pendant lequel les élèves sont regroupés selon leur niveau pour recevoir une instruction soit dans toutes les matières, soit dans quelques–unes seulement. Pour déterminer le niveau qui correspond le mieux à l’élève, des examens sont organisés à la fin de la 6e classe. Selon la région, la langue d’éducation est l’allemand, le français, l’italien ou le romanche. Traditionnellement, l’apprentissage des langues a beaucoup d’importance en Suisse. Durant la scolarité obligatoire, tous les élèves apprennent, en plus de leur langue maternelle, au moins deux autres langues. C’est généralement l’anglais et l’une des quatre langues officielles.

Selon leurs résultats de l’année, les élèves passent au niveau supérieur ou reçoivent un soutien particulier ou encore doivent refaire leur année, ce qui n’a rien de déshonorant.

La pédagogie spécialisée en Suisse

Les enfants et les jeunes qui ont des besoins spécifiques bénéficient d’une éducation et d’un soutien par du personnel spécialisé, depuis la naissance jusqu’à leur 20e anniversaire. Ces enfants font l’objet d’une évaluation par les services spécialisés du canton et peuvent suivre une scolarité normale avec un soutien particulier ou fréquenter des classes spécialisées (systemeeducatif.educa.ch/fr/pedagogie-specialisee). Consulter le site du Centre suisse pour la pédagogie spécialisée csps.ch qui donne des adresses et liens, ou contacter le service éducatif de votre canton d’après les informations de integrationundschule.ch/fr/canton/.

Vous trouvez aussi des renseignements sur la pédagogie spécialisée en Suisse sur des sites pour expatriés venant en Suisse, tels que expatica.com/ch/education/children-education/.

L’éducation à domicile

L’éducation à domicile n’est pas habituelle en Suisse et les règles la régissant varient d’un canton à un autre. Dans certains cantons, elle est permise, dans d’autres, elle est illégale. Si votre canton autorise l’éducation à domicile, vous devrez vous faire enregistrer auprès du service éducatif et suivre leurs directives. L’enregistrement se renouvelle chaque année. Pour plus de renseignements, contactez le service éducatif de votre canton et l’association suisse pour l’enseignement à domicile Instruire en Liberté Suisse sur bildungzuhause.ch/fr/nouvelles/. (Ce site ne mentionne pas tous les cantons francophones.)

La scolarité post-obligatoire

A l’âge de 16 ans, les étudiants qui souhaitent continuer leur éducation entrent au Secondaire II pour une durée générale de 3 à 4 ans. Le Secondaire II donne une formation professionnelle qui permet de travailler tout de suite ou prépare les élèves à la maturité (baccalauréat) en vue du niveau tertiaire. Pour plus de détails, voir le tableau du système éducatif suisse sur le site systemeeducatif.educa.ch/fr.

  • La haute perméabilité : plusieurs voies s’offrent à qui veut se former, changer d’école ou de formation ou rattraper une formation.
  • Le libre accès aux divers types d’éducation : quiconque a les compétences nécessaires peut généralement suivre la formation de son choix ; on peut également choisir l’université qu’on souhaite fréquenter.
  • La formation professionnelle initiale est soumise à certaines restrictions en raison du plafonnement du nombre d’étudiants dans certains domaines. L’accès aux écoles médicales est aussi en partie limité.
  • Les diplômes sont reconnus dans tout le pays et facilite ainsi la mobilité sur le plan national et international.

La formation professionnelle par rapport à la formation générale (gymnase/lycée)

Le niveau Secondaire II est structuré en voies de formation professionnelle et de formation générale. Environ 30 % des jeunes poursuivent l’éducation secondaire au gymnase/lycée qui propose une éducation générale sanctionnée par un diplôme appelé maturité (en allemand : Matura). Il permet d’entrer à l’université ou dans l’une des deux écoles polytechniques fédérales.

Les ressources nationales disponibles pour les familles

Vous trouverez des conseils d’un enseignant en langue français  sur  www.feel-vaud.ch .

 Toutes les informations sur la scolarité post-obligatoire (comment déterminer la bonne voie pour votre enfant, les critères, les options, etc.) sont disponibles sur www.orientation.ch/dyn/show/1418?lang=fr (le portail officiel suisse d’information de l’orientation professionnelle, universitaire et de carrière).

Les informations sur les universités, programmes d’étude, finances, etc. sont compilées sur le site www.swissuniversities.ch/fr, l’organisation faîtière des hautes écoles suisses.

Tous les sites mentionnés sont très complets et vous donnent aussi des liens vers des sites apparentés. Ils vous permettent de trouver tous les renseignements nécessaires.

Les différences culturelles à connaître si vous êtes enseignant

Les enfants suisses peuvent sembler timides comparés aux enfants américains. Dans la culture suisse, l’enseignant est une personne respectée ; on ne se comporte pas avec lui comme avec un membre de la famille ou un ami. C’est pourquoi, il se peut que les enfants mettent un peu plus de temps pour construire une relation appropriée avec leur enseignant anglophone. En effet, en Suisse, on n’utilise pas, comme en anglais, le mot you, c.-à-d. le tutoiement, pour s’adresser à un enseignant. On emploie le vouvoiement qui est la forme respectueuse pour s’adresser à des adultes et aux personnes que l’on ne connait pas intimement. Il est important que les enfants apprennent à utiliser la forme de politesse avant d’être scolarisés en Suisse, en particulier pour le niveau secondaire.

Les défis et recommandations pour les enfants de collaborateurs qui rentrent en Suisse

Prévoir un congé qui de 6 mois à un an, si vous voulez scolariser votre enfant en Suisse. Les écoles suisses sont bien organisées et planifient bien longtemps en avance. Par conséquent, il est préférable de contacter l’école ou l’établissement secondaire que vos enfants fréquenteront, environ six mois avant la date prévue pour votre congé, afin de donner à vos enfants toutes les chances de bien s’intégrer dans le nouveau système, surtout s’ils sont actuellement scolarisés dans une autre langue. En Suisse, les enfants sont tenus de fréquenter l’établissement scolaire de la ville ou du village où leurs parents habitent. Les directeurs d’établissement scolaire et les enseignants sont très disposés à vous aider. Le mieux est donc de les contacter bien à l’avance et de parler avec eux de la situation particulière de vos enfants.

Le plus grand défi sera la langue ! En plus de devoir parler couramment le français (ou l’allemand) comme langue d’enseignement, les élèves doivent bien connaître l’autre langue nationale principale pour pouvoir suivre le programme. Une bonne connaissance de l’anglais est aussi requise. Généralement, le manque de connaissance d’une de ces trois langues est la raison pour laquelle certains enfants doivent redoubler des classes qu’ils ont déjà suivies auparavant dans le pays où ils séjournaient.

Les universités suisses n’acceptent pas le High School Diploma américain comme condition préalable à l’entrée à l’université, parce que le niveau de l’examen national, la maturité (en allemand : Matura), est plus élevé. Dans le système éducatif suisse, toutes les études générales doivent être terminées avant de passer l’examen national. On peut donc dire que le niveau de la maturité/Matura est à peu près équivalent aux deux premières années d’études universitaires aux US. Les universités suisses sont néanmoins familières avec le système Advanced Placement (AP) et acceptent le High School Diploma américain complété par un minimum de 5 examens AP. En fonction de votre domaine d’études, différents examens AP peuvent être exigés ; c’est donc un point sur lequel il convient de se pencher avant d’entamer des études à l’étranger. Les écoles polytechniques fédérales (EPF) de Zurich et de Lausanne constituent une exception et exigent que toute personne non titulaire de la maturité/Matura passe un examen qui comprend des tests de langues.